L’inauguration du Bloc Scolaire Mathilde Safis

Mardi 12 Décembre, nous avons revu tous les patients du village afin de leur distribuer les traitements adaptés à chacun.

L’après-midi, nous avons rejoint les jeunes Saint Louisiens à Bignona occupés à restaurer l’école. Devant un travail énorme, ils ont montré une grande motivation pour être en mesure de terminer dans les temps et nous faire plaisir.

Nous ne nous sommes pas attardés, désireux de préparer au plus vite l’organisation du dispensaire pour un lendemain qu’on imaginait chargé.

Mercredi, chacun d’entre nous a donc pu investir sa salle de consultation. Nous y étions aidé par Bentou, l’infirmière locale et Annie Stamatiou, notre assistante médicale. La situation est complexe ici, si la journée a été intéressante, elle a également été difficile. Il n’y a ici que deux médecins pour de nombreux malades. Il y a notamment près de 2500 patients suivis pour le VIH. Les moyens ne sont pas à la mesure des besoins, l’infirmière travaille depuis 4 ans sans toucher aucun salaire, bénévolement, pour aider. De leur côté, les patients se plaignent peu.

A la fin de la journée, nous avons pu nous détendre aux sons du Boukout Festival. Spectacles de rue, danses, chants, défilé de mode aux couleurs du Sénégal et concert pour terminer… Juste magnifique.

Jeudi, nous avons débuté tôt notre journée pour aller réaliser des consultations dans un village excentré. Quel accueil exceptionnel une fois de plus. Nous avons tenté de leur rendre un peu de cette chaleur en travaillant d’arrache pied pour visiter chacun d’entre eux. Ce fut difficile, les nouvelles vont vite et la liste des patients n’a cessé de s’allonger. Nous avons pu aller au bout de ce marathon. L’infirmière nous a préparé un plat local que nous avons pu déguster à 16h. Dans la foulée nous avons repris l’avion pour Bignona, et le temps de changer un pneu de la voiture qui nous véhiculait, magie des aléas de la route, nous nous sommes arrêtés pour acheter des fournitures scolaires, grâce au généreux don de Mr et Mme Cantèle, pour la centaine d’enfants des 2 classes restaurées. 

L’inauguration était prévue le 14 décembre à 18h, Ces trois derniers jours, nos jeunes ont mis les bouchées doubles jusqu’à la dernière minute,  aidés par  quelques ouvriers du village pour terminer dans les temps.

L’inauguration a été un grand moment d’émotion où nous étions tous réunis. Ce projet se conclut sur une note de fierté et de réussite pour nos jeunes, la population locale et les enfants, sous les regards attendris de Corinne Garcia, Jean Paul Gay, Djibril Diame, Laurence Hemery sans qui rien n’aurait pu être réalisé.

Ce projet enfin matérialisé est l’accomplissement de toute une vie, celui que ma mère n’a pas eu le temps de réaliser. Il s’est pourtant concrétisé grâce à tous ces gens qui, de près ou de loin l’ont soutenu.

Au soir de cette inauguration, je suis très fière, non seulement que cette école porte le nom de ma mère, mais aussi et surtout de tout ce que ce  projet a engendré : l’espoir d’une réussite professionnelle et personnelle pour nos jeunes, le sourire de ces enfants dans leurs nouvelles salles de classe avec leur fournitures scolaires neuves, l’apport gratuit de médicaments adaptés aux besoins des patients…

Le tout en rythme au son de la solidarité, du bonheur et de la générosité.

 

Delphine

Photos Gérard Rizzoto

Laisser un commentaire